URGENCES


Doit-on consulter ou peut-on attendre la fin du week-end ou de la nuit ? C'est la question (légitime) que se pose souvent le maître  soucieux de ne pas effectuer un déplacement inutile et de déranger sans raison valable le vétérinaire de garde.

 

Je vais tâcher d'y apporter quelques éléments de réponse, mais si vous êtes vraiment inquiets, n'hésitez pas à consulter, aucun vétérinaire ne  tiendra rigueur à un maître angoissé.

 À ma sortie de l'École vétérinaire d'Alfort, en même temps que j'effectuais un assistanat libre (= non rémunéré) d'un an dans le Service de Chirurgie du Professeur Bordet, j'ai été engagé par le Docteur Gilbert Marie-Saint Germain pour le service d'urgence de sa clinique vétérinaire parisienne. Service que j'ai ensuite développé puis dirigé dans ce qui était dans les années 1970 à 80 une des plus grandes cliniques vétérinaires canines de France sinon la plus grande. Elle a été la première clinique vétérinaire de Paris ouverte 24 heures sur 24, elle a compté jusqu'à 27 salariés, dont 3 vétérinaires et 3 infirmières rien que pour le service d'urgence, et était la structure la mieux équipée de la place. J'y ai travaillé 10 ans avant que nous nous installions à Drancy en 1982.

J'y ai acquis en plus de la pratique et de l'expérience le sentiment que le service d'urgence d'une clinique ne pouvait qu'être un plus pour le confort moral des propriétaires, assurés de pouvoir se rendre en cas d'urgence dans un endroit familier. Et aussi pour les vétérinaires de jour, assurés que leurs petits (et grands) patients trouveraient sur place les soins nécessaires par des vétérinaires ayant une connaissance complète de leur dossier, de leurs antécédents. 

J'y ai aussi compris que l'urgence pouvait couvrir toutes les situations, de la plus dramatique comme un accident cardiaque ou de la circulation à la quasi-comique comme le museau du gourmand coincé dans la boîte de conserve.

Les urgences vétérinaires sont définies par des situations où la consultation d'un vétérinaire s'impose quelles que soient le jour et l'heure  les difficultés d'acheminement : neige, verglas, brouillard... Mais qu'est-ce qui s'impose ? Pour moi, est urgent ce que le maître, la maitresse considérent comme tel. Si les maîtres sont prêts à se lever à 3 heures du matin ou à interrompre le repas dominical, à braver les éléments s'il le faut, à débourser une somme plus importante qu'en heure ouvrable, à parfois patienter le temps que ce soit leur tour, je suis sûr qu'il y a urgence. Tout ce qui peut légitimement inquiéter un maître dans l'instant est  un motif légitime de consultation d'urgence.

Et ce peut être le cas sans que la gravité soit extrême, elle peut même être quasi nulle. Ainsi, une entorse, un ongle arraché, un épillet coincé dans le conduit auditif ne mettent pas en jeu la vie du biquet mais justifient parfaitement que l'on cherche à supprimer ou soulager immédiatement la douleur. 

On nous pose souvent la question au téléphone : "Docteur, est-ce urgent ?". Sauf cas évidents, douleurs violentes, accidents, hémorragies, empoisonnements, morsures, convulsions, troubles digestifs importants, etc. nous ne pouvons répondre à la question que par un classique "nous sommes à votre disposition pour soigner votre compagnon, si vous êtes inquiets, consultez"

Je vais quand même essayer de vous aider à "quantifier" le degré d'urgence, avec une liste non exhaustive, sans doute incomplète. Vous pouvez appeler votre vétérinaire en cas de doute, le seul risque est qu'il vous réponde "si vous êtes inquiet..."

 

 

 

 

 

 

 

URGENCES ABSOLUES 

attendre même très peu pourrait être dramatique

hémorragies artérielles : une tamponnade (compresses, coton comprimés contre la plaie) s'impose pour le transport à la clinique

accident de la voie publique, défénestration, accident de chasse : les dégâts internes, même graves ne sont pas forcément visibles avant l'examen par un vétérinaire

malaise cardiaque, syncope, perte de connaissance, coma

obstruction des voies respiratoires : balle coincée, piqûre de guêpe dans la gorge, etc.

oedème pulmonaire aigu

asthme félin en état de crise aiguë

difficultés respiratoires aiguës : une mise sous oxygène est souvent indispensable, indépendamment du traitement de la cause s'il est possible (par exemple ponction thoracique pour les épanchements pleuraux)

convulsions continues : non traité, l'état de mal s'aggrave rapidement, jusqu'au décès

ingestion d'un toxique : chaque minute compte pour pouvoir le faire vomir

dilatation-torsion d'estomac : chien de grande race ballonné après son repas, efforts infructueux pour vomir

accouchement difficile : il y va de la vie des petits mais parfois aussi de la mère

obstruction urétrale chez le Chat : chat mâle faisant des efforts infructueux ou très peu productifs pour uriner, souvent confusion avec de la constipation, une insuffisance rénale aiguë survient rapidement et peut être non réversible si l'on tarde 

obstruction urétrale chez le Chien : plus rare et souvent moins rapidement évolutive

abdomen aigu : abdomen très douloureux et très tendu avec souvent des vomissements sans diarrhée, causes diverses, pancréatite, corps étranger, tumeur, occlusion, péritonite, torsion utérine

vomissements répétés avec un arrêt du transit intestinal ou un transit intestinal normal 

forte déshydratation suite à des pertes importantes (gastro-entérite sévère par exemple) ou à une privation (chat enfermé dans le garage d'un voisin par exemple-bis)

"coup de chaleur" : chien enfermé dans une voiture au soleil

envenimation : morsure par serpent

hypoglycémie : le manque de glucose dans le sang peut survenir à la suite d'une injection d'insuline  ou naturellement (races pédisposées comme le chihuahua, tumeur du pancréas ou...) se traduit d'abord par une excitation, une agitation, éventuellement des cris avant la plongée dans la torpeur puis le coma

hypocalcémie post-partum, éclampsie : maman chien de fraîche date haletant, ne tenant plus debout, fièvreuse par manque de calcium dans le sang

etc.

 

 

 

   URGENCES      "NORMALES"

mieux vaudrait ne pas attendre les horaires d'ouverture "normaux"       

gastro-entérite, hémorragique ou non

traumatisme musculaire, osseux ou articulaire : une entorse, une rupture tendineuse ou ligamentaire gagnent à être traitées de suite. Une fracture demande une immobilisation immédiate à titre provisoire ou non.

plaies, morsures : une plaie vieille de plus de 6 heures est considérée comme infectée et ne peut pas être suturée, sauf à réaliser un parage important pour retirer les parties considérées comme souillées. Un traitement antiseptique local et la mise précoce sous antibiotique peuvent éviter la formation d'abcès

abcès : la ponction et la vidange d'un abcès mûr apportent un soulagement immédiat de la douleur

fièvre importante : une fièvre à 40°C et plus (température normale entre 38 et 39) ce peut être le premier signe d'une piroplasmose maladie vectorielle transmise par les tiques. Soignée à son tout début, l'issue de cette maladie est favorable dans presque tous les cas. Plus l'on tarde à la traiter, plus le pronostic s'aggrave

exorbitation (oeil sorti de l'orbite, accident plus fréquent chez les toutous à museau très aplati, carlins, pékinois) corps étrangers oculaires, ulcère, glaucome : là aussi, la rapidité d'intervention est importante pour soulager la forte douleur (signalée par un oeil fermé en cas d'ulcère, par un toucher douloureux d'un oeil "gonflé" en cas de glaucome) et pour sauver l'oeil quand c'est possible

oedème de Quincke, urticaire, angioedème :   gonflements de la face, des oreilles, plaques en relief sur le corps ne mettent qu'exceptionnellement en danger la vie (c'est le cas si oedème laryngé, heureusement très rare) mais ils sont très inconfortables

otite aiguë, corps étranger (épillet) dans l'oreille, dermatite aiguë, dermatite pyotraumatique : toutes affections potentiellement très douloureuses

etc.

 

 

Urgences "relatives"

on pourrait peut-être attendre, mais "si vous êtes inquiets..."

 anorexie, dysorexie : un chien ou un chat peut rester des jours et des jours sans manger avant de mettre sa vie en danger

toux, éternuements : s'ils ne s'accompagnent pas de forte fièvre ou de difficultés respiratoires, si l'on est sûr qu'il ne s'agit pas d'une crise d'asthme (chez le Chat uniquement), d'un corps étranger

conjonctivite, si l'on est sûr qu'il n'y a pas d'ulcère, de corps étranger

ongle cassé et autres mini-traumatismes certes douloureux mais non d'importance vitale

diarrhée sans sang et sans atteinte de l'état général, indigestion

prurit, démangeaison, piqûres d'insectes ou morsures de tiques 

etc. "si vous êtes inquiets..." Vous êtes la personne qui connait le mieux  votre chat ou votre chien, vous êtes la personne le mieux à même de savoir s'il est bien ou non... 

Quelques conseils pour que vous puissiez faire une sorte de pré-consultation d'urgence 

Un comportement inchangé, avec les câlins, les ronrons, les fêtes "qui vont bien, la présence active dans la vie familiale, une démarche normale, l'absence de douleur lors des caresses et contacts, un bon appétit, une soif sans excès, une respiration calme sans essoufflement sont les signes habituels d'un état de santé correct.

En revanche, doivent vous alarmer, entre autres signes, un ou plusieurs des points qui suivent :

 - forte fièvre (prise avec un thermomètre électronique bien enfoncé, normale entre 38 et 38,5-39), la chaleur perçue à la truffe et aux oreilles n'est pas un indice fiable de fièvre ou non.

- pâleur des muqueuses (intérieur des babines), qui doivent avoir une couleur "jambon d'York" ou muqueuses bleutées, cyanosées, signe de mauvaise oxygénation.

- un temps de recoloration de la muqueuse de la babine élevé après pression par le pouce.

- troubles digestifs violents, vomissements répétés, forte diarrhée, diarrhée hémorragique...

- difficultés respiratoires, essoufflement, respiration très rapide, mousse rosée à la commissure des lèvres ou aux narines, présence de liquide aux narines.

- difficultés et douleurs lors de l'émission d'urines ou de selles.

- saignements, présence de sang dans les urines, les selles, la bouche, etc.

- urines très foncées, couleur café noir;